Yahweh, le dieu des Israélites, dont le nom a été révélé à Moïse sous la forme de quatre consonnes hébraïques (YHWH) appelées tétragramme.

Après l’exil babylonien (6ème siècle avant notre ère), et surtout à partir du 3ème siècle avant JC, les Juifs ont cessé d’utiliser le nom Yahvé pour deux raisons. Au fur et à mesure que le judaïsme devenait une religion universelle plutôt que simplement locale, le nom plus courant Elohim, signifiant « Dieu », avait tendance à remplacer Yahvé pour démontrer la souveraineté universelle du Dieu d’Israël sur tous les autres. En même temps, le nom divin était de plus en plus considéré comme trop sacré pour être prononcé; il a donc été remplacé vocalement dans le rituel de la synagogue par le mot hébreu Adonaï («Mon Seigneur»), qui a été traduit par Kyrios («Seigneur») dans la Septante, la version grecque des Écritures hébraïques.

Les Masorètes, qui, du VIe au Xe siècle environ, ont travaillé à reproduire le texte original de la Bible hébraïque, ont remplacé les voyelles du nom YHWH par les signes voyelles des mots hébreux Adonaï ou Elohim. Latin- les érudits chrétiens parlant ont remplacé le Y (qui n’existe pas en latin) par un I ou un J (ce dernier existe en latin comme variante de I). Ainsi, le tétragramme est devenu le nom latinisé artificiel Jéhovah (JeHoWaH). Comme l’utilisation du nom s’est répandue dans tout med ieval Europe, la lettre initiale J a été prononcée selon la langue vernaculaire locale plutôt que selon le latin.

Bien que les érudits chrétiens après les périodes de la Renaissance et de la Réforme aient utilisé le terme Jéhovah pour YHWH, aux 19e et 20e siècles, les érudits bibliques a recommencé à utiliser la forme Yahvé. Les premiers écrivains chrétiens, comme saint Clément d’Alexandrie au IIe siècle, avaient utilisé une forme comme Yahvé, et cette prononciation du tétragramme n’a jamais été vraiment perdue. De nombreuses transcriptions grecques indiquaient également que YHWH devait être prononcé Yahweh.

Obtenez un abonnement Britannica Premium et accédez à un contenu exclusif. Abonnez-vous maintenant

Découvrez les Hébreux et comment Moïse a délivré le peuple hébreu de l’esclavage

Vue d’ensemble des Israélites qui ont été libérés de l’esclavage par Moïse.

Contunico © ZDF Enterprises GmbH, MainzVoir toutes les vidéos de cet article

La signification du nom personnel du Dieu israélite a été variée interprété. De nombreux érudits croient que la signification la plus appropriée peut être « Il fait exister tout ce qui existe » (Yahweh-Asher-Yahweh). Dans I Samuel, Dieu est connu sous le nom de Yahweh Teva-ʿot, ou « Il fait exister les hôtes, »Les hôtes se référant peut-être à la cour céleste ou à Israël.

Le nom personnel de Dieu était probablement connu bien avant l’époque de Moïse. Le nom de la mère de Moïse était Jokébed (Yokheved), un mot basé sur le nom Yahweh. Ainsi, la tribu de Lévi, à laquelle appartenait Moïse, connaissait probablement le nom Yahweh, qui à l’origine peut avoir été (sous sa forme abrégée Yo, Yah ou Yahu) une invocation religieuse sans signification précise évoquée par la splendeur mystérieuse et impressionnante de la manifestation du saint.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *